Lésion rénale aiguë, ce qu’il faut savoir

Les lésions rénales aiguës (IRA) sont des lésions soudaines empêchant les reins de fonctionner correctement. Elles peuvent aller d’une perte mineure de la fonction rénale à une insuffisance rénale complète.

L’insuffisance rénale aiguë se produit habituellement à la suite d’une autre maladie grave.

Ce type de lésions rénales est généralement observé chez les personnes âgées déjà victimes d’autres pathologies.

Il est essentiel que l’insuffisance rénale aiguë soit détectée et traité au plus tôt. En effet, les reins jouent plusieurs rôles vitaux, à savoir :

  • éliminer les déchets,
  • nettoyer le sang,
  • garder les os en bonne santé,
  • réguler la tension artérielle,
  • stimuler la moelle osseuse dans la fabrication du sang.

Sans traitement rapide, des niveaux anormaux de sels et de produits chimiques peuvent s’accumuler dans l’organisme, ce qui affecte le bon fonctionnement des autres organes.

Si les reins se ferment complètement, cela peut entraîner la mort.

Les symptômes des lésions rénales aiguës

Aux premiers stades de l’insuffisance rénale aiguë, il se peut qu’il n’y ait aucun symptôme. Le seul signe d’avertissement possible est la diminution de la quantité d’urine.

Cependant, une personne atteinte d’IRA peut se retrouver rapidement dans une ou plusieurs des situations suivantes :

  • nausées et vomissements,
  • déshydratation,
  • désarroi,
  • tension artérielle élevée,
  • douleur abdominale,
  • léger mal de dos,
  • une accumulation de liquide dans le corps (œdème).

Même si elle ne progresse pas jusqu’à l’insuffisance rénale complète, l’insuffisance rénale aiguë doit être prise au sérieux. Elle a un effet sur l’ensemble de l’organisme : elle modifie la façon dont certains médicaments sont absorbés et pourrait aggraver certaines maladies existantes.

L’insuffisance rénale aiguë est différente de l’insuffisance rénale chronique, où les reins perdent progressivement leur fonction sur une longue période de temps.

Les personnes à risque

Vous avez plus de chances d’être victime d’IRA, si :

  • vous avez 65 ans ou plus ;
  • vous souffrez déjà d’un problème rénal ;
  • vous souffrez de certaines pathologies telles que l’insuffisance cardiaque et le diabète ;
  • vous êtes victime de déshydratation ;
  • vous avez un blocage dans vos voies urinaires ;
  • vous souffrez d’une infection ou d’une septicémie grave ;
  • vous prenez certains médicaments tels que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et les antihypertenseurs.

On estime que l’insuffisance rénale aiguë touche entre 13 et 18 % des personnes admises à l’hôpital. Elle concerne aussi bien les adultes que les enfants.

Les causes des lésions rénales aiguës

La plupart des cas d’insuffisance rénale aiguë chronique sont causés par une diminution du débit sanguin dans les reins, habituellement chez une personne déjà souffrant d’une autre maladie.

Cette réduction du débit sanguin pourrait être causée par :

  • un faible volume sanguin après saignement, vomissements excessifs ou diarrhée, mais également en cas de déshydratation sévère ;
  • le fait que le cœur pompe moins de sang que la normale en raison d’une insuffisance cardiaque ou d’une septicémie par exemple ;
  • des problèmes au niveau des vaisseaux sanguins (inflammation et blocage des vaisseaux sanguins dans les reins)
  • certains médicaments.

L’insuffisance rénale aiguë peut également être causée par une pathologie au niveau du rein même, à l’exemple de la glomérulonéphrite. Cela peut être causé par une réaction à certains médicaments, infections ou produits de contraste (le colorant liquide utilisé dans certains types de radiographies).

Elle peut également être due à un blocage affectant le drainage des reins, tel que :

  • une hypertrophie de la prostate,
  • une tumeur au niveau du bassin (tumeur de l’ovaire ou de la vessie),
  • les calculs rénaux.

Diagnostic des lésions rénales aiguës

L’IRA peut être diagnostiquée après avoir mesuré le débit urinaire et effectué des analyses sanguines.

Les taux sanguins de créatinine (un déchet chimique produit par les muscles) sont mesurés. S’ils sont élevés, cela indique une fonction rénale plus faible.

Traitement des lésions rénales aiguës

Le traitement de l’insuffisance rénale aiguë dépend de la cause sous-jacente et de l’étendue de la maladie. Dans la plupart des cas, le traitement du problème sous-jacent permettra de guérir l’insuffisance rénale aiguë.

L’admission à l’hôpital est nécessaire dans les cas où :

  • il y a une cause sous-jacente qui nécessite un traitement urgent (comme un blocage urinaire) ;
  • il y a un risque d’obstruction urinaire (à cause d’une maladie de la prostate par exemple) ;
  • l’état de santé de la personne s’est détérioré et des analyses régulières de sang et d’urine sont nécessaires pour vérifier le bon fonctionnement de ses reins ;
  • la personne présente une complication d’IRA.

La plupart des personnes qui se rétablissent d’une insuffisance rénale aiguë ont un niveau de fonction rénale très semblable à celui qu’elles avaient avant de tomber malades.

Cependant, certaines personnes développent par la suite une insuffisance rénale chronique. Une dialyse peut alors être nécessaire.

Prévention des lésions rénales aiguës

Les personnes à risque d’IRA devraient être surveillées au moyen d’analyses sanguines régulières. Il est également utile de vérifier la quantité d’urine.

Tout signe d’insuffisance rénale aiguë, comme des vomissements ou une faible production d’urine, nécessite un diagnostic immédiat.

Tout médicament qui semble aggraver le problème ou endommager directement les reins doit être arrêté, au moins temporairement.

Complications des lésions rénales aiguës

Les complications les plus graves des lésions rénales aiguës sont :

  • des taux élevés de potassium dans le sang (dans les cas graves, cela peut entraîner une faiblesse musculaire, une paralysie et des problèmes de rythme cardiaque) ;
  • la présence de liquide dans les poumons (œdème pulmonaire) ;
  • du sang acide (acidose métabolique), qui peut causer des nausées, des vomissements, de la somnolence et de l’essoufflement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *